Avenue des Mystères – John Irving

John IrvingAvenue des mystères – John Irving 

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Josée Kamoun et Olivier Grenot,

Paru le 5 mai 2016 – Edition Seuil

 

John Irving is back !

Il est de retour, le grand, le délirant, celui qui se fout des codes, celui qui choisit l’irrationnel et la démesure comme ligne d’écriture.

Depuis son premier roman, Le monde selon Garp,  je peux dire que je suis une inconditionnelle de cet auteur et tous ces ouvrages ont une place assurée dans ma bibliothèque dès leur parution. Certains livres m’ont emballée plus que d’autres mais je ne suis jamais restée indifférente à la fantaisie de cet auteur. Si je devais exprimer mes préférences je serais bien embarrassée car tous sont uniques bien qu’appartenant à la même famille. C’est ça être Fan !

Quatrième de couverture :

Lors d’un voyage aux Philippines, Juan Diego Guerrero, écrivain américain célèbre et vieillissant, revit en rêves récurrents les épisodes de son adolescence au Mexique, à la lisière de la décharge publique de Oaxaca où lui et sa soeur Lupe ont grandi.

Infirme depuis le jour où une voiture lui a écrasé le pied, Juan Diego a en outre le coeur fragile ; il prend régulièrement des bêtabloquants, qui le protègent des émotions, et occasionnellement du Viagra, car on ne sait jamais…

Des émotions, il en aura tout au long de son périple, notamment avec Miriam et Dorothy, mère et fille aussi désirables qu’inquiétantes.

Ballotté d’hôtels en aéroports, Juan Diego se remémore entre autres la mort de sa mère, femme de ménage chez les jésuites et prostituée à ses heures, «tuée» par une statue géante de la Vierge Marie. Son adoption par un couple improbable rencontré dans un cirque, où son destin et celui de sa petite soeur extralucide basculent. Marqué par le hasard et l’inéluctable, ce destin s’accomplira peut-être dans une modeste église au fin fond d’un quartier pauvre de Manille.

Dépaysement assuré dans ce récit jubilatoire et débridé, qui se teinte de gravité lorsqu’il aborde les mystères insondables de la condition humaine.

Avenue des mystères (titre original : Avenue of Mysteries)

Avenue des rêves serait plus approprié car la majeure partie du roman se situe dans les nimbes opiacés de Juan Diego. Ah le rêve, voilà bien un endroit où l’on peut tout se permettre ! Aucune censure ni filtre pour freiner l’imagination, une trame idéale pour les divagations de l’écrivain Juan Diego alias John Irving qui dit lui-même, je cite : ‘’Tout ne s’explique pas il faut en convenir’’

J’ai aimé

  • Les personnages: Ils sont aussi extravagants que profonds, telle Lupé la sœur de Juan diégo qui possède un don divinatoire et parle une langue étrange que seule son frère peut décoder, ou encore Flor un travesti flamboyant qui soulève le voile sur le célibat des prêtres.
  • Le scénario: Comme toujours on nage dans le fantastique, le surnaturel, l’onirique. On y retrouve les thèmes chers à John Irving: les relations parents enfants, l’univers du cirque, la violence, la mort.
  • En filigrane: Une invitation à la réflexion sur la nécessité à préserver l’enfant qui sommeille en chacun.

J’ai moins aimé 

  • L’abus de bondieuserie. Non pas que j’y sois hermétique, mais les dialogues interminables entre Juan Diégo et son ami sur le bien-fondé de la foi chrétienne m’ont paru trop longs et stériles. Beaucoup de bla-bla pour pas grand chose.

Un extrait choisi au hasard (of course… Hi hi !!)

‘’Le jour où les femmes cesseront de lire, alors, oui, ce sera la mort du roman !’’

Un extrait à méditer… Hé hé !!

‘’Dans la vie, il y a toujours un moment où l’on doit décider où est sa place. Et là, on ne peut compter que sur soi ! On marche tous dans les airs. Tu sais, les grandes décisions, il faut peut-être les prendre sans filet. Dans la vie, il arrive toujours un moment où il faut lâcher prise.’’

Mon avis

Pour ceux qui suivent un peu mes billets littéraires, vous devez savoir que j’apprécie beaucoup les histoires décalées, et au pays de l’absurde, John Irving  est prince. Avenue des mystères n’est pas le meilleur de ses romans mais j’ai quand même passé un très agréable moment en sa compagnie (Heu … Moment n’est peut-être pas le mot approprié pour 504 pages).

Avis aux aficionados

John Irving prépare une adaptation de son roman ‘’le monde selon Garp’’ pour la chaîne américaine HBO. Une série prévue en cinq épisodes que j’attends avec impatience.

 

Notre grignoteuse de livres au grand coeur !

6 COMMENTAIRES

  1. Je n’ai encore lu aucun roman de cet auteur ! Bien qu’il m’intrigue beaucoup, j’ai peur de trouver ses bouquins trop farfelus. Je vais peut-être emprunter Le monde selon Garp dans ma médiathèque ! Merci pour ton article en tout cas ! 🙂

    • Merci à toi Marie d’être passé par chez nous ! Effectivement l’oeuvre de John Irving est assez farfelue, il faut aimer le genre et c’est mon cas. J’espère que tu ne seras pas déçue par  »le monde selon Garp »

  2. Je m’étais promis de d’abord finir la pile de non-lus qui s’amoncellent sur mes étagères..;mais là tu me tentes trop ! J’ai besoin de décalé ! Merci pour le partage 🙂 Bon mardi Bisous

Envie de réagir ?